NOUVELLE ZÉLANDE

KIA ORA (BONJOUR)

 

Île du Nord ou île du Sud?
Combien d’heures de vol de Sydney?
Le billet d’avion est-il cher?
Quel budget prévoir?

Quel itinéraire?

 

Si on m’avait dit que c’est à 22 ans seulement que j’allais me rendre en Nouvelle Zélande…
J’ai toujours voulu y aller et l’occasion se présentait alors on a sauté dessus. 

 

 

Notre itinéraire :

Je sais que beaucoup de gens n’auraient pas fait comme nous mais voici ce que nous avons fait étape par étape. 

 

Jour 1 et 2: Auckland et récupérer le véhicule de location. 

Nous sommes arrivés à l’aéroport d’Auckland vers 15h et nous avons pris le SkyBus pour nous rendre dans le centre de la ville pour 18$ chacun. (Soit 22€)

Une heure plus tard nous étions arrivés dans le CBD (Central Business District) où nous avons posé les affaires à l’hôtel déjà réservé au préalable. Après avoir mis le chauffage et enfiler un vêtement plus chaud, on se rend à Queen Street à pieds. 

Queen street c’est la rue commerçante principale. Restaurants, magasins en tout genre, instituts de soin, bars… 

Les trottoirs très larges sont couverts, la rue est animée, il y a même des passages piétons en diagonale (ce qui évite de traverser deux fois), après quelques achats touristiques, on mange un bout dehors et la fatigue nous gagne déjà. 

On passe devant la Sky Tower avant de rentrer à l’hôtel car le lendemain nous allons y monter. 

Le lendemain, nous visitons donc cette tour, on monte au 55 ème étage et on peut voir à quel point Auckland est grande et diversifiée.

29$/pers pour monter dans la tour. 

On prends un café haut perché tout en continuant d’admirer la vue (grisâtre je vous l’accorde) mais jolie tout de même. 

Il y a même des passages par endroits en verre, pour les courageux seulement…

L’après-midi il nous faut aller chercher notre véhicule de location que nous avons réserver avec la compagnie Spaceships. 

Accueil très friendly avec café, canapés et wifi ou livres pendant qu’il finissent de nous préparer le véhicule. 

Une fois les clés en main et avoir fait quelques courses pour nos 10jours de trip, nous partons tout de suite en direction de Wellington car c’est notre prochaine étape. 

On passe par des endroits magnifiques. Collines, volcans, montagnes, moutons et vaches à perte de vue. L’air y est frais et pur. 

Le soir nous dormons près de Te Kuiti dans un campground gratuit à mi-chemin entre Auckland et Wellington. 

Grâce à l’application Spaceships on peut trouver tous les campings à la ronde, gratuits ou payants et la map marche même lorsque l’on n’a pas de connexion. 

 

Jour 3: Wellington

Nous arrivons dans la capitale élue : « petite capitale la plus cool » par Lonely Planet. 

Nous parcourons Cuba Street et ses nombreux restaus, bars, animations, commerces et on décide de dîner à Dragon Fly, restau asiatique pour ne pas changer (les néo-zélandais et les australiens n’ont pas vraiment de cuisine traditionnelle. En mangeant asiatique on ne loupe rien…) 

Nous dormons dans un hôtel dans le centre et on négocie le prix du parking jusqu’au lendemain à 17h + la nuit elle-même, ce qui nous permets de ne pas se soucier du véhicule pour la journée de demain. 

Le lendemain matin, direction à pieds au musée gratuit Te Papa. Il fait beau et la balade est sympa puisqu’elle nous fait aller en direction des berges. 

Musée vraiment très intéressant et ludique sur 5 étages qui nous en apprends davantage sur la culture maori et la 1ère Guerre Mondiale (NZ ayant participé) mais pas que! Nous y passons 2h30 tellement l’atmosphère y est envoûtante. 

Après avoir mangé, nous rejoignons à pieds le centre de Wellington pour pouvoir y prendre le Cable Car. 

Petit funiculaire rouge comme autrefois, et pour 5$ l’aller simple il permet de se rendre tout en haut de la ville pour accéder aux jardins botaniques. 

Arrivés en haut on a la possibilité de rentrer dans la boutique-musée du Cable Car. En soit la boutique n’est pas très interessante et se perd un peu dans ce qu’elle vend… mais le petit musée (gratuit) est bien fait et nous montre les évolutions des différents funiculaires d’antan. 

Une fois une jolie balade entre les plantes, les arbres, les sentiers, nous redescendons à pieds tranquillement pour se faire un petit goûter gourmand, faire les magasins et reprendre la route en direction du National Park de Tongariro. 

 

Jour 4 : Tongariro National Park:

On prends la route direction le mont Ruapehu qui est un volcan tout enneigé (nous sommes en hiver). 

Les néo-zélandais skient même dessus alors qu’il est classé comme volcan actif.
Le prix du ski-pass à la journée est de 90$ soit 53€.

Ce volcan, vous le connaissez peut être mieux sous le nom du Mordor. 

Ce Mont impressionnant de 2800m de hauteur est juste sublime. Dommage que la météo ne soit pas avec nous, et heureusement qu’on l’avait déjà aperçu lors de notre route vers Wellington le deuxième jour sous un ciel bleu. 

On ressent bien l’effet montagne ici car on a encore plus froid et les gens sont encore plus habillés. 

Si on avait eu un super temps on aurait pu avoir la vue sur trois volcans à la fois. 

Malgré que nous ayons dormi dans un Holiday Park au pieds du volcan pour essayer de le voir au mieux le lendemain matin, le ciel était toujours gris-blanc… quel regret. 

 

Jour 5: Lac Taupo et les Huka Falls + Hot Pool l’après-midi (Wairakei Terraces, sources thermales) 

Une fois arrivés au lac Taupo nous sommes également un peu déçus car le lac ne reflète pas une couleur très jolie étant donné que le ciel est toujours gris. 

C’est le plus grand lac de NZ, il peut atteindre plus de 100 mètres de profondeur par endroits. 

Canards, mouettes et cygnes nous accueillent en faisant le show. 

On picnic devant le lac et on repart en direction des Huka Falls qui sont plutôt jolies car elles sont d’un bleu turquoise impressionnant malgré le mauvais temps.
Le débit y est impressionnant. La photo a été prise d’un lookout. 

Ça fait plaisir de voir que malgré un ciel tout gris, les couleurs peuvent tout de même ressortir! 🙂 

A 15h nous avions booké pour deux entrées dans les sources thermales de Wairakei. Il y a trois « piscines ». 

20, 30 où 40 degrés selon vos préférences. L’endroit est sublime et il y a des terrasses de silices où s’évapore de l’eau chaude. On passe un super moment ici, l’entrée nous est revenue à 35$ à deux. Temps illimité et pas trop de monde car encore une fois c’est la basse saison (hiver).

Il est conseillé de ne pas se doucher au minimum 4h après être allé dans les eaux thermales pour ne pas rompre tous les bénéfices d’un bain comme celui-ci. 

Après avoir passé une grosse heure dans les piscines thermales on se remets en route. 

Sur le chemin de la ville de Rotorua, à la recherche d’un endroit où dormir, on s’arrête dans un bar à chats nommé « Fancy Cats ».
15$ l’entrée par personne pour une boisson et un moment avec pas moins de 18 chats. Il y a des canapés et une chaise massante. C’est un bon moyen de rester au chaud car dehors il fait très froid, mais aussi de se préparer à passer une bonne nuit. 

Le soir on trouve où dormir et ce sera dans Rotorua même.

Endroit super mignon avec un spa dans la chambre. Nous dormons ici car c’est un des seuls hôtels dispo (et le lendemain matin nous allons nous rendre a Wai-O-Tapu qui est à un quart d’heure seulement de Rotorua). 

 

Jour 6: le site de Wai-O-Tapu et Rotorua avec la visite du village Māori Wakarewarewa

En passant par bookme.co.nz nous avons eu 10% de réduction sur l’entrée du parc naturel de Wai-O-Tapu. Nous payons donc 59$ à deux au lieu de 65$.

Geyser Lady Knox déclenché manuellement, oui vous avez bien compris (avec une solution de savon basique) tous les matins à 10h15 (pour la petite attraction, mais se déclenche aussi naturellement toutes les 72h).

Après avoir vu le geyser explosé, on se rend au début du « parcours » du parc de Wai-O-Tapu. Pas trop de monde et du soleil, on est trop contents! 

Il y a de tout: mud pools chaudes ou froides (piscines de boue), fumerolles de soufre, geysers, champagne pool (piscine bouillante), piscine d’arsenic…

Aucun poisson ici évidemment car il existe de nombreux composants chimiques provenant des sources de la zone thermale. 

Nous arrivons à un point qui s’appelle « la palette de l’artiste » et je trouve que ça porte extrêmement bien son nom. 

Les couleurs complètement naturelles correspondent toute à quelque chose de bien précis. 

Par exemple si vous voyez du marron/rouge, c’est de l’oxyde de fer.
Jaune: soufre
Vert: arsenic
Blanc: silice
Noir: carbone…

On continue le tour du parc naturel jusqu’à arriver à la Champagne Pool, on comprend pourquoi c’est elle qui est mis sur toutes les brochures et les sites internet. 

C’est de loin la plus belle chose naturelle que je n’ai jamais vu. 

Un mélange d’or et d’argent, d’arsenic, de mercure et de fer, le tout à 74 degrés, avec des odeurs de soufre plein la tête et aux couleurs INDESCRIPTIBLES.

Ce qui forme les bulles c’est le dioxyde de carbone.
Cette piscine a été formé il y a 900 ans par une éruption hydro-thermale.
Autant dire qu’on en ressort tout petit petit petit…

C’est un cratère de volcan qui a explosé. 

 

La dernière piscine du parc et tout aussi déconcertante puisque sa couleur (naturelle) est : verte
En effet c’est de l’arsenic qui est présent en masse dans cette piscine qui était également un ancien cratère. 

Nous passons 2h30 dans le parc et nous avons pris environ 2314 photos chacun. C’est magnifique et tellement diversifié ce que la nature peut offrir. 

L’après-midi, nous avons rendez-vous à 13h pour visiter un village Maori a quelques minutes de là.

Il y a également 3 geysers et des Champagne pool d’un bleu éclatant.

Les Maoris du village Whakarewarewa lavent et cuisent leur aliments dedans. Dans certaines piscines moins chaudes les enfants s’y baignent. 

Mais pas dans celle-ci car elle est bouillante…

Une fois avoir fait le tour du village et croisé quelques charmants habitants, on se rend dans la salle de « démonstration » pour un show de 6 maoris d’une demi heure. Au programme danses, chants, Haka, et explications de certaines traditions. 

C’est très simple: j’en ai pleuré d’émotions et mon chéri en a eu littéralement le souffle coupé. Ils vous emmènent avec eux dans leurs chants et vous impressionnent en même temps. 

On était au premier rang pour la démonstration de Haka… ça vous mets les frissons (et les pétoches en même temps).

Tous chamboulés (surtout moi) on est repartis vers de nouvelles aventures. 

On est en route à présent vers Matamata pour aller visiter le lieu du tournage du Hobbit et du Seigneur des anneaux demain matin.

On trouve sur l’appli où passer la nuit. Pour 8$ par personne on trouve une ferme à 2,5km de Hobbiton avec douche gratuite. Superbe coucher de soleil et magnifique vue sur une plaine verdoyante. 

 

Jour 7: Visite du Hobbiton Movie Set à Matamata pour visiter le lieu du tournage des deux Trilogies.

On se rend au Matamata i-Site (office du tourisme) pour prendre le bus navette de Hobbiton. Vous pouvez choisir d’autres lieux de pick-up. 

Rien que de voir le bus j’avoue que j’étais super contente. 

Pendant le chemin on a eu droits à des vidéos, des extraits des films, des explications concernant le lieu du tournage notamment sur le metteur en scène et le propriétaire de la ferme sur laquelle est maintenant construite Hobbiton… 

Lorsqu’on arrive c’est déjà magnifique. Il fait beau, et notre guide toute jeune et dynamique nous accueille avec un grand sourire. 

Chance? Karma? Bonne étoile? Nous ne sommes que 4 dans ce tour guidé alors que tous les autres groupes sont une vingtaine!

La visite dure entre 1h et demi et 2h. Tout est expliqué. Tout est détaillé. Tout est travaillé au millimètre près et entretenu à la perfection. Vrais ou faux arbres? Vrais ou faux légumes? Je ne vous dirai pas tout… C’est magique. 

A la fin du tour lorsqu’on arrive à la Taverne du Green Dragon on nous propose gentiment à boire. Une pinte est comprise dans notre tour et on peut profiter de la taverne du Dragon Vert pour nous tous seuls car on est le seul groupe à l’intérieur.

On s’installe confortablement dans les fauteuils au coin du feu en pensant à Frodon et ses amis dansant sur la table dans le Seigneur Des Anneaux 1

C’était un moment particulièrement plaisant car tous les éléments étaient réunis. Pas trop de monde, guide super sympa et un temps magnifique. 

Après avoir quitté le Movie Set et avoir rejoins Matamata: On continue notre chemin en direction de la péninsule de Coromandel. 

On aimerai bien se rendre à Hot Water Beach. On trouve donc un camping Top 10 à 50$ la nuit juste à côté de la plage. 

Cheminée, bouteille de cidre et bon petit plat font du bien. 

Hot Water Beach pourquoi ce nom?
Tout simplement parce que sous le sable de cette plage se situent des réservoirs d’eau chaude. 

Cette eau est chauffée par du magma (tout de même!) 

Lorsqu’on creuse un trou dans le sable à marée basse, l’eau qui s’y trouve est très chaude. On peut donc se constituer sa propre « piscine » chauffée.

A 21h30 (heure de la marée basse) sur un coup de tête, et une bouteille de 1,5L plus tard, on se met en maillot de bain (oui oui il fait bien 3-4 degrés mais après tout nous ne sommes là qu’une fois)

On descend à la plage à environ 10mn à pieds.

Mais il ne faut pas creuser n’importe où.
Les réservoirs ne sont pas sur toute la plage donc à marée haute par exemple, 80% des réserves sont sous l’eau. 

Grâce aux astuces des locaux et des forums sur internet à ce sujet, on se met à chercher sur la plage :
•des groupes de personnes,
•des trous déjà creusés,
•de la fumée qui sort du sable;
pour pouvoir être au bon endroit, et on creuse on creuse on creuse. 

On peut voir la vapeur d’eau. C’est très chaud, je me suis brûlé les pieds… 

Après avoir creusé, une sorte de trou géant prend forme avec de l’eau dedans. Et cette eau atteint les 60 degrés. 

On a donc profité de ce moment assez insolite! Si c’est trop chaud? Attendez qu’une bonne vague vienne dans votre trou vous obtiendrez la bonne température!

C’était marrant parce qu’à côté de nous il y avait une famille avec deux enfants en bas âge et de l’autre côté des jeunes avachis dans leur « jacuzzi » privé avec des frontales. 

On a adoré!!!

 

Jour 8: Hot Water Beach et Coromandel 

On retourne à pieds vers Hot Water Beach pour renouveler notre expérience nocturne de la veille mais la météo ne nous le permets pas. Il pleut et c’est gris. (Et je crois aussi qu’on a un peu loupé la marée basse)

Heureusement qu’on y est allé la veille!

On décide et se rendre au lookout de Cathedral Cove. C’est un gros rocher au bord de l’eau qui au fil des années a été creusé par vents, vagues, sel… 

Le trou à l’intérieur du rocher forme une voûte de cathédrale d’où son nom: Cathedral Cove. 

Encore une fois le temps ne nous permets pas de faire la marche dune heure et demi ce jour-là. Il pleut et le ciel est vraiment très gris. 

On tente d’obtenir quelque cliché de Cathedral Cove et on commence à revenir vers Auckland tout doucement après s’être arrêté dans un centre commercial et avoir mangé. 

 

Jour 9 et 10: Auckland: Visite du stade Éden Park; Retour location; Aéroport vol retour Sydney 

Le soir on arrive à Auckland et on se réserve un Airbnb pour la nuit. On tombe dans une magnifique maison aux très bons goûts dans la banlieue très proche d’Auckland à Smith Crescent. 

On se repose car la journée de demain va être longue jusqu’à notre vol retour. 

 

Après un bon dodo il nous reste encore une chose à faire: la visite du stade Éden Park. Là où les redoutables All Blacks règnent en maîtres. 

Bon on les a quand même battus deux fois dans le cours de l’humanité… c’est pas rien non…?

On visite le stade, les loges, là où les commentateurs sont installés durant les matchs, les vestiaires…

Le tour a duré presque deux heures et notre guide était super. 

Il nous a d’ailleurs confié que les français étaient vus comme de réels adversaires par les All Blacks (merci pour ce compliment)

Avec bookme.co.nz on paye 59$ au lieu de 68$ pour deux. 

On a passé un super moment et le guide était autant passionné que passionnant. 

Quelques heures plus tard on doit rendre le véhicule a la compagnie de location Spaceships. État des lieux, cafés offerts, arrêt pipi. On est prêt à marcher jusqu’à l’aéroport. 

 

Mais il est où exactement l’aéroport? 

Il est juste à 14 km de là! = Soit 2h47 de marche…

Non je ne plaisante pas, et oui on la fait à pieds! 

Bon avec un bon restaurant entre temps au coin du feu qui s’appelle « Post Office Public House». Qui, au passage, est une superbe adresse. 

Je vous avoue qu’on a fait exprès de ne pas prendre un taxi car nous avions en fait du temps à tuer puisque notre vol était le lendemain matin à 7h30…

Il était donc inutile de réserver un hôtel si c’était pour partir à 4h30 du matin. 

Mais voilà, une fois de plus on s’est forgé un bon souvenir bien à nous 🙂 

 

—————

 

Question budget :

Tout d’abord il faut savoir qu’en Nouvelle Zélande le prix du litre de carburant équivalent au SP95 de chez nous peut aller jusqu’à 2,40$/L

Nous avons utilisé notre compte australien sur place, il y a presque 10% d’écart entre dollars australiens et dollars néo-zélandais. 

On pouvait s’attendre par exemple à être débité de 91AU$ pour un retrait de 100NZD. (Sans frais puisque notre banque australienne existe en NZ)

Ensuite, il faut être conscient que les routes en Nouvelle Zélande ne sont pas comme les routes de chez nous, belles, propres et lisses. Australiens et néo-zélandais nous ont tout de suite dit qu’il était impensable de conduire ici sans assurance. 

L’aller/retour en avion nous a coûté 309$ par personne (environ 200€)

Nous pouvions emmener un bagage à main chacun et 20kg à deux (peut importe le nombre de sacs/valises). 

Largement suffisant puisque nous n’ y avons passé que 10j et que nous n’avions dans tous les cas pas énormément de vêtements chauds. 

La location du véhicule pour 9 jours nous est revenu à 190$ et l’assurance à 270$ soit une cinquantaine de NZ$ par jours ce qui reste relativement abordable (surtout quand on ramène en euros) et nous sommes passés par la compagnie Spaceships. 

Excellent accueil et excellent service de cette compagnie. 

Ce voyage nous a coûté environ 1900$ tout confondu pour 10 jours. 

Toyota Estima, boîte auto, avec un lit à l’arrière et tout le nécessaire pour faire à manger et manger. Deux grands rangements et arrière spacieux.

Ce n’est pas un véhicule self contained donc on ne peut pas faire du Freedom camping. 

Le freedom camping consiste à camper où on le souhaite en NZ tant que l’on ne gêne ni la route ni le voisinage. 

Pas besoin de payer ou de chercher un camping. Ce sont des caravanes dans la plupart du temps car ce sont des véhicules dits « autonomes ». Ce qui n’est pas notre cas puisque pas de toilettes à l’intérieur. 

 

—————

 

Les SUPERS BONS PLANS à savoir quand on voyage en Nouvelle Zélande :

•Télécharger l’application ARRIVAL pour avoir des promos et mêmes des gratuités sur quasiment tout (fast-food, parcs, activités, gift shops…)

•Télécharger l’application SPACESHIPS qui vous permets de trouver tous les campings du pays (low coast, gratuits ou normaux et la map marche en offline) 

Mais elle vous permet aussi de trouver les endroits où il y a de la Wi-Fi 

et des stations essences. 

•Aller fouiller les bons plans et réductions sur les activités à faire sur le site bookme.co.nz 

•Avec un ticket de caisse du supermarché « packn’save » vous économiserez 6 centimes par litre sur votre plein d’essence avec les stations participantes 

•Il fait plus froid en hiver mais c’est la basse saison donc les activités et les logements sont beaucoup moins chers et il n’y a pas tous les touristes des 4 coins du monde vous serez tranquille 

(Quels doivent être les prix en haute saison alors …)

 

 

Ce qu’on a énormément apprécié en nouvelle Zélande c’est que les Maoris sont très bien mélangés à la population néo-zélandaise. Vous me direz « évidemment ils étaient là avant »

Ce nest pas le cas des aborigènes qui eux étaient là dès le commencement en Australie et qui sont aujourd’hui totalement en marge de la société. 

Le gouvernement tente de les éteindre à petit feu en leur procurant drogue et alcool « plus facilement » et ça ce n’est pas une légende. 

Un enfant aborigène a une espérance de vie de 20 ans inférieure à elle d’un australien issu de l’immigration australienne. (Rubrique AUSTRALIE, sous-partie « Ce qu’il faut savoir »)

Quant aux maoris qui eux sont arrivés de Polynésie il y a quelques siècles, ont appris l’anglais à l’arrivée des européens, sont employés comme n’importe quel citoyen, totalement bien intégrés et égaux… la cohabitation est harmonieuse. 

Cependant à titre d’exemple; certains maoris très croyants et bienveillants envers les terres qu’ils occupaient dans le passé refusent de voir les européens déformer les paysages par des villes, bâtiments, où n’acceptent pas que ceux-ci se fassent tatouer des signes maoris, ne connaissant même pas la définition sacrée de ces derniers… 

 

Anecdote: 

Malgré le terme très péjoratif d’ « aborigène » cela veut dire : qui était là depuis le début. 

Ce sont les premiers hommes à y avoir posé les pieds. 

Par exemple: Les aborigènes d’Australie vivaient (en paix) depuis 50000 ans environ sur le continent. 

Indigène veut dire: qui n’était pas là en premier, depuis le commencement. 

 

Bilan du séjour : 

Malgré une météo aléatoire mais positive dans l’ensemble nous avons vu des choses uniques au monde. 

Je rêve déjà de retourner en Nouvelle Zélande. 

Ici il y a des paysages incroyables et ça ne m’étonne pas du tout que des films tels que le Seigneur des anneaux, Le Monde de Narnia ou encore le Dernier Samouraï aient été tournés ici. 

Les gens sont d’une gentillesse et d’une grande patience. 

Le coût de la vie est élevé, tout comme en Australie. 

Certains pourraient dire « ramené en euros ça peut aller » oui, mais notre compte australien est bien débité en dollars…

Je n’ai pas envie après tout ça de rentrer en Australie 🙁 

Mais je sais que je reviendrai pour tout ce que j’ai manqué. 

Il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin…

À bientôt pour parcourir l’île du Sud. 

4 commentaires sur “NOUVELLE ZÉLANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.